PVT en Nouvelle-Zélande – L’expérience de Samantha

Backpackers PVTiste en Nouvelle Zelande

Bonjour Samantha ! Est-ce que tu peux nous dire quelques mots sur toi ? Quels sont les pays que tu as visités ?

Salut tout le monde ! J’ai 22 ans et je viens d’un petit village de la campagne tout près de Rodez, dans l’Aveyron (12). Je suis passionnée par les langues étrangères et les voyages depuis toute petite, j’ai fait une licence d’anglais (LLCER) à Montpellier, je suis partie en ERASMUS à Birmingham (Angleterre) pour ma dernière année. J’ai ensuite décidé de rester en Angleterre pour faire un Master ‘Tourism Management’ à l’Université de Wesminster, à Londres. J’ai la chance que mes parents soient assez baroudeurs, du coup je suis sur les routes depuis toute petite ! J’ai passé et je passe encore beaucoup de temps en Angleterre et dans des différentes parties de l’Espagne, j’ai aussi visité la Tunisie deux fois, j’ai visité le Sri Lanka en sac à dos pendant un mois, puis découvert la Chine pendant trois mois seule à 18 ans. J’ai aussi fait une semaine de stop au sud de la Norvège, découvert l’Irlande, la Roumanie, l’Australie, le Cambodge, la Nouvelle-Zélande et je reviens juste du Canada !

Thetraveletter Samantha

Comment as-tu eu cette envie de partir en Nouvelle-Zélande ? Quel a été le déclencheur pour le PVT ?

Je finissais tout juste mes études et j’avais toujours prévu de me prendre un an pour voyager à temps (presque) plein juste après. J’ai choisi de partir en Australie en premier, mais le PVT en Nouvelle-Zélande s’est imposé comme une évidence : rejoindre mon copain, travailler pour découvrir de nouvelles expériences et gagner des sous pour ensuite continuer à voyager. Le plan semble plutôt cool hein ! Ce n’était pas mon premier pays sur ma liste, mais j’ai tenté l’aventure juste après un mois et demi en Australie.

Thetraveletter Samantha 3

Comment as-tu fait pour financer ton départ en Nouvelle-Zélande ?

J’ai économisé pendant très longtemps (de mes premiers boulots lors de ma licence à mes derniers jobs en Angleterre pendant et après mon Master). J’essaye d’économiser aussi sur beaucoup de choses dans ma vie quotidienne : restaurants et cafés inutiles (oui, en vivant à Londres compliqué de résister !), shopping, transports/voiture, produits esthétiques… Ma priorité à moi c’est de voyager et de m’éclater sur place, j’adapte donc mon mode de vie.

Comment a réagi ton entourage personnel avant le départ ?

Mes parents et mon frère sont très habitués à me voir barouder aux quatre coins du globe, ils ont toujours été d’un vrai soutien dans tous mes projets de voyages, encore plus avant le départ.  C’était le lendemain de ma cérémonie de diplôme à Londres, alors cela, a été beaucoup d’émotions d’un coup pour nous 4. Tout comme mes ami(e)s que j’ai un peu parcours en France et dans le monde, ça ne les étonne pas et ils étaient vraiment super heureux pour moi. J’essaye surtout de montrer que ‘je n’ai pas que de la chance’, car j’ai beaucoup travaillé et donné de moi-même pour réussir à partir (en Nouvelle-Zélande et ailleurs !).

Quels genres de jobs as-tu fait pendant ce PVT en Nouvelle-Zélande ?

Mon expérience a été assez particulière une fois sur place et en faite, je n’ai travaillé qu’une semaine comme ‘blueberry and rasberry picker’ dans le Far North. J’ai ramassé des myrtilles et des framboises pendant 9h par jour sous plus de 30°C.

Quels sont tes coups de cœur en Nouvelle-Zélande ?

J’ai adoré grimper le Lion Rock à Piha et avoir cette vue à couper le souffle sur la mer et les montagnes. J’ai aussi vécu une expérience unique à rouler en 4×4 sur la 90 miles Beach complètement déserte jusqu’aux grandes dunes. Il y a aussi Mangawhai Heads et la péninsule de Karikari au Nord ainsi que French Pass sur l’île du Sud qui sont des endroits incroyables. Comme ville, j’ai eu le coup de coeur pour Wellington et Napier.

Thetraveletter Samantha 8

Quels conseils peux-tu donner sur les préparatifs, l’itinéraire ?

Je me suis rendu compte que ça ne sert à rien de se prendre la tête à l’avance sur les logements, les voitures et l’administratif (banque, numéro de travail..). Tout se fait très vite une fois sur place en seulement quelques jours. Suivant la période où tu arrives, tu peux trouver un logement et/ou une voiture en 2-3 jours grâce bouche à oreille dans les auberges et les groupes Facebook. Perso, je n’ai pas oublié de prendre mon sac de couchage 10°C (il peut faire très froid la nuit en dormant dans la voiture), mon sac à viande (ou très chaud !), et mon hamac (il y a tellement d’endroits géniaux où se poser !). Remplir son sac à craquer est inutile, ça m’a été plus un fardeau qu’autre chose (surtout si tu bouges beaucoup, tu sentiras le moindre kg sur ton dos). On a fait un itinéraire assez basique. On a visité toute la région d’Auckland, Rotorua, Hamilton, on est ensuite monté au Far North (c’est très étroit donc pratique à visiter). On est redescendu à Tauranga, longé la côte jusqu’à East Cape, Napier, puis la région de Wellington. On a ensuite visité pendant un mois le nord de l’île du Sud (de Nelson à Christchurch). Compliqué de donner des conseils sur l’itinéraire, comme chacun à des goûts différents sur les lieux à voir et les activités, mais en venant en PVT pour un an, tu auras quand même le temps de voir énormément de choses et de faire plein de randonnées sympas.

Qu’est-ce que tu as appris de cette expérience PVT ?

Mon expérience n’a duré que trois mois, pour des raisons personnelles. Mais ce fut extrêmement intense. J’ai appris à me mettre en danger, à sortir de ma zone de confort. Après un mois en Australie en roadtrip, à vivre sur des sièges d’une voiture citadine et à manger froid (pas de matériel de camping), je pouvais tout encaisser hahaha. En Nouvelle-Zélande, j’ai vécu à l’arrière d’un 4×4 pendant trois mois, en essayant d’économiser le maximum sur tout. Du coup, ça donnait des trucs comme : se brosser les dents au bord des égouts (ou au McDonald’s dans le meilleur des cas quand j’étais en ville), ne pas prendre de douche durant une semaine, manger tous les jours des conserves réchauffés (ou pas réchauffés) sur le trottoir à 22h, parfois sous la pluie, ainsi que d’autres galères… ce fut très dur mentalement à la fin, mais avec le recul, ce fut tellement enrichissant. Je me dis que je l’ai choisi tout cela au final et que c’est surement pour une bonne raison; j’avais besoin de faire le point et comprendre ce qui était nécessaire ou pas dans ma vie. Je vis mon quotidien aujourd’hui en France autrement, je me dis toujours que ‘j’ai vécu pire’. Et je me sens plus forte, plus sûre de moi. Le travail de ramasseur de myrtilles m’a aussi donné des leçons et m’a montré mes limites mentales et physiques. J’ai revu les valeurs de respect, d’humilité, d’altruisme, de tolérance et celle de courage.

Thetraveletter Samantha 2

Qu’est-ce qui t’a le plus déçue en Nouvelle-Zélande ?

La ville d’Auckland, hahaha (je ne pense pas être la seule !) que je trouve très fade et ennuyeuse. J’ai eu aussi du mal avec le fait que la notion ‘d’argent’ soit vraiment présente tout le temps comme en Australie et qui soit autant appuyée. Je le sentais bien plus qu’en France, entre autre (ou alors parce que c’était aussi bien plus cher ?) et j’ai été un peu dégouté de la manière dont tout tourne autour de ça. J’ai été déçu aussi par la plupart des endroits touristiques qu’on me parlait (comme Rotorua ou les Huka Falls) qui ne payaient pas de mine et les prix plus qu’exorbitant des activités.

Thetraveletter Samantha 5

As-tu une anecdote de ton voyage en Nouvelle-Zélande ou une rencontre exceptionnelle à partager ?

Lorsque nous travaillions à ce job de ramasseur de myrtille à Pukenui (dans le Far North, là où il n’y a PERSONNE !), nous avons rencontré une maori qui par le fil des conversations nous a proposé d’aménager dans son cabanon le temps du travail. C’était un peu rustre, mais le paysage autour était splendide. On pouvait atteindre la 90 miles beach en 10min de voiture. Un soir, on décide d’y aller jeter un coup d’oeil pour la première fois. Sous les quelques lueurs restantes du soleil, nous traversons les champs, les routes de terre et une forêt dont les immenses arbres étaient plantés de manière incroyablement alignée. Tout d’un coup, des chevaux sauvages ont déboulés devant nous et ont couru dans la même direction que la voiture à travers les arbres à quelques mètres de nous. Le spectacle était incroyable. Je n’avais jamais vu ça de ma vie, ce fut un moment magique et inoubliable.

Thetraveletter Samantha 10

À ton retour en France, as-tu eu des difficultés à te remettre dans le rythme de la vie quotidienne ?

Après la Nouvelle-Zélande, je suis allée au Cambodge pendant un mois. Changement total de décor et de style de vie, qui était paradoxalement bien plus luxueux pour moi (en autre un vrai lit !). En rentrant en France, ce fut très difficile mentalement et physiquement de se remettre d’une expérience comme celle que j’avais vécu. Toute la fatigue et le stress retombaient, je n’arrivais plus vraiment à retourner à ma ‘vie d’avant’ le voyage et j’avais beaucoup de flashback sur des moments difficiles que j’avais traversé. Avec le recul, je notais aussi les progrès et les bienfaits que tout cela m’avait apporté. Mes proches ont été d’un énorme soutien. Ça n’a pas l’air comme ça, mais vivre ‘à la dure’ à l’autre bout du monde sans aucun repère, ça change bien plus de choses qu’on ne le croit. Aujourd’hui je suis rodée et ce que j’adore le plus c’est de partir seule en surftrip dans ma voiture aménagée !

Thetraveletter Samantha 9

Quelle sera ta prochaine destination ?

Je rentre tout juste du Canada où j’ai passé deux semaines, je pars prochainement de nouveau en surftrip sur la côte Atlantique et je travaille ensuite tout l’été en Angleterre. Je n’ai pas spécialement encore prévu de voyage, mais mon projet humanitaire dans le nord de l’Inde commence à me trotter fortement la tête !

Thetraveletter Samantha 7

Quels conseils donnerais-tu aux jeunes Français qui voudraient partir faire un PVT en Nouvelle-Zélande ?

Ne pas se poser trop de questions ni de planifier de A-Z, parce que la vie est facile là-bas, tout se fait très rapidement et tout le monde s’en sort car, je trouve que la communauté de français est très soudée là-bas ! Question pratique, prendre assez d’argent, car les premières dépenses sont rapides et coûteuses avant de trouver un job. Je leur conseillerai aussi de lire malgré tout quelques expériences et conseils sur des blogs et des forums (le mieux reste tout de même le groupe Facebook ‘Les Français en Nouvelle-Zélande), mais de ne pas s’y appuyer trop fortement, chaque expérience et chaque personne est différente !

Pvtiste NouvelleZelande

Une dernière chose à nous dire ?

Prenez votre courage à deux mains, votre sac à dos et votre smile, c’est déjà beaucoup et cela en vaut la chandelle ;-). 

Merci pour votre lecture ! ❤ Bonne route à tous !

_____________________

⬇ Vous pouvez visiter le blog voyage de Samantha :

www.thetraveletter.com

⬇ Suivez Samantha sur instagram :

@thetraveletter

⬇ Lien pour préparer sereinement votre année en visa vacances-travail en Nouvelle-Zélande :

www.pvtistes.net/nouvelle-zelande

_________________________

Mise en page de l’article PVTiste : Dominique Moreau

Photographies et rédaction écrite : thetraveletter.com

 VOUS POURRIEZ AIMER …

« Le blog voyage qui part toujours à l’aventure… »

Dominique Moreau photographe voyageur et aventurier

 Suivez l’actualité du blog Adventure-Nature

Logo facebook pour le blog Adventure Nature

CONTACT       PARTNERS       ADVENTURE       COMMUNITY


Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite sans autorisation de l’auteur est strictement INTERDITE.

Publicités

Un commentaire sur “PVT en Nouvelle-Zélande – L’expérience de Samantha

  1. Ping : Instagram vs la réalité : ma vie de backpacker – thetraveletter

Laissez-moi un commentaire...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

%d blogueurs aiment cette page :